NORMES
               NORMALITÉ

Le constat est commun à tous les textes abordant la question de la normalité, cette notion pâtit d'un manque de précision général, d'où cette sensation de flou l'entourant. L'amalgame est souvent fait à tort entre les termes « anormal » et « anomalie.»

« normal »(normalis, de norma, equerre) qui est conforme à la règle, régulier, est donc normal ce qui ne penche ni à droite, ni à gauche, ce qui se tient dans un juste milieu, d’où deux sens dérivés : est normal ce qui est tel qu’il doit être ; est normal, au sens usuel du mot, ce qui se rencontre dans la majorité des cas d’une espèce ou ce qui constitue la moyenne d’un caractère mesurable. En effet, c’est par rapport à une mesure jugée valable et souhaitable, par rapport à une norme, qu’il y a excès ou défaut.

Il faut donc d’abord déterminer cette mesure, cette valeur.


Selon Bichat, l’instabilité et l’irrégularité sont des caractères essentiels des phénomènes vitaux. Aussi, faire entrer ces derniers de force dans le cadre rigide des relations métriques revient à les dénaturer. Il oppose ainsi une méfiance systématique à l’égard de tout traitement mathématique des faits biologiques, et spécialement de toute recherche des moyennes, de tout calcul statistique. Il est également remarqué combien ce terme est équivoque, désignant à la fois un fait et « une valeur attribuée à ce fait par celui qui parle, en vertu d’un jugement d’appréciation qu’il prend à son compte ».

« Anomalie » désigne un fait, c’est un terme descriptif, il n'induit pas de caractère pathologique, il désigne ce qui est inaccoutumé et exprime d'autres normes de vie possible. C'est un substantif auquel ne correspond actuellement aucun adjectif ; inversement « anormal » est un adjectif sans substantif. L’usage les a ainsi couplés, mais leur sens est différent.

« Anormal » implique une référence à une valeur, c’est un terme appréciatif, normatif. Un caractère commun prend ainsi valeur de type idéal.