ATTENDRE QUE LE SOLEIL SE COUCHE

Série de photographies
couleur numériques
60 x 90 cm


Cette série de photographies dévoile un moment de l’univers d’une personne dite différente ; surgissent alors sa façon d’être, de mouvoir son corps, ses expressions spontanées.
Mon but n'est pas de réduire à des cas mes modèles ; au contraire, mon souci est d’éviter d’utiliser leur valeur d’exception comme support photographique, luttant contre les représentations de marginalisation des sujets, afin de les faire vivre dans leur individualité.

J’entreprends alors un travail en amont de découverte du modèle au travers de rencontres ponctuelles, de dialogues avec lui, d’observation de son environnement.

Cette citation m’accompagne et définit la façon dont je conçois la photographie :

« ‘J'appelle regard moins la faculté de recueillir des images que celle d'établir une relation.’ Regarder l'autre signifie établir une relation intentionnelle avec lui, cela implique la réciprocité du rapport. »

Caroline Mineau, citant l’œil Vivant de Jean Starobinsky dans Se connaître par l’autre : le rapport entre les cultures dans les Lettres persanes de Montesquieu, Ithaque, 1, p. 3-23


Cette connivence partagée avec le sujet crée dans les photographies un climat et un espace d’intimité et de douceur ; la sensation de proximité avec le sujet permet au spectateur de rentrer dans un univers méconnu et trop souvent mis à distance.